Training School COST 2014 : ateliers RDF et données d’exemple

Biblissima a participé avec l’IRHT à la Training School COST intitulée “La transmission des textes : nouveaux outils, nouvelles approches” (programme) du 31 mars au 4 avril 2014.

Au cours de cette semaine, le Pool Biblissima a animé un atelier pratique sur la structuration et la manipulation de données en RDF “Exploiter des données RDF sur la transmission des textes” dont nous vous proposons ici le contenu.

Cet atelier a été précédé d’introductions générales au Web de données et aux ontologies et thésaurus.

Objectifs de l’atelier :

  • introduction à RDF (Resource Description Framework)
  • démontrer le fonctionnement de l’interopérabilité des données au sein du projet Biblissima

Un des objectifs du projet Biblissima est de réaliser la mise en interopérabilité d’un grand ensemble de ressources sur la transmission des textes et l’histoire des collections au Moyen Âge et à la Renaissance. Afin de montrer le fonctionnement du RDF et de cette interopérabilité des données, nous avons décidé de partir d’un exemple concret : l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée.

En guise d’introduction, Matthieu Cassin (IRHT, section grecque) a présenté la tradition manuscrite de cette oeuvre : Eusebius of Caesarea, Ecclesiastical history, Manuscript tradition in Greek and Latin (télécharger la présentation - pdf, 12,5 Mo).

Pourquoi avons-nous choisi cette oeuvre ? Parce qu’elle est décrite dans une dizaine de projets partenaires de Biblissima. Les données utilisées pour cet exemple en RDF proviennent de :

Mettre en relation les données de ces bases a été un bon cas d’étude pour démontrer l’intérêt de la mise en interopérabilité de ces ressources, d’autant plus que chacun de ces projets a des centres d’intérêt différents, produisant des données complémentaires.

Nous avons donc des données sur :

  • l’auteur
  • l’oeuvre
  • les témoins manuscrits grecs (Pinakes)
  • les possesseurs de copies de l’Histoire ecclésiastique
  • les copistes de l’Histoire ecclésiastique
  • la traduction latine de l’Histoire ecclésiastique (BnF archives et manuscrits)
  • la traduction française de l’oeuvre (Jonas)
  • des témoins imprimés : nous avons intégré dans notre exemple RDF des données sur 3 éditions et 10 exemplaires issus de ces éditions (CR2I)
  • les collections, qui ont compris des copies de l’Histoire ecclésiastique (données provenant des projets d’édition d’inventaires anciens de bibliothèques comme la Bibliotheca belgica manuscripta d’Antonius Sanders ou les inventaires de la bibliothèque du Mont-Saint-Michel)
  • les copies enluminées de l’Histoire ecclésiastique (Mandragore et Initiale)

Au total, les données rassemblées dans notre exemple portent sur 57 manuscrits et 10 imprimés anciens.